Actions locales

Alençon : les locataires se mobilisent contre les incivilités

Alençon : les locataires se mobilisent contre les incivilités

Dans l'Orne, les habitants de la rue Victor-Hugo, excédés par le tapage nocturne et les dégradations, font appel à la CLCV pour être entendus.

Depuis décembre 2017, les habitants de la rue Victor Hugo, dans le quartier de Perseigne à Alençon, en ont ras le bol. Une quinzaine de jeunes squattent en effet les halls des immeubles et commettent des actes d’incivisme : boîtes aux lettres et vitres cassées, tags, jets de pierres dans les appartements.

À la vue des faits répétés, plusieurs locataires ont donc décidé de saisir la CLCV. "Les gens en ont eu marre que leurs revendications ne soient pas prises en compte par la police", déclare Mauricette Mézière, présidente de la CLCV, à l'Orne Hebdo.

Problème, rien ne peut être fait juridiquement tant que la police ne dispose pas de plaintes. Et les locataires ont pour la plupart peur des représailles. "Ce sont des jeunes qui effraient" témoigne Marie-Gisèle Chevalier, élue locataire CLCV au sein d’Orne Habitat. "Ce qui va se passer, c’est que des locataires finiront par quitter la cité".

La CLCV a donc décidé de jouer le rôle de médiateur et provoqué une réunion entre Orne Habitat, la mairie et le commissaire divisionnaire de police. L’association vient également de rédiger une pétition qu’elle entend distribuer à toutes les personnes subissant les intimidations voire les dégradations de ces jeunes. "L’objectif, c’est de réunir un maximum de signatures pour déposer une plainte qui aura plus de poids".